Comment aller de Paris au Monténégro en train
Aller au contenu

Paris – Podgorica en train

Podgorica, Monténégro (Photo: Martin Arusalu)

Le Monténégro, c’est un tout nouveau pays détaché de la Serbie en 2006 (techniquement détaché de la Communauté d'États de Serbie-et-Monténégro, lui-même un des confettis de l’ex-Yougoslavie). Le Monténégro, c’est un joyeux bordel culturel, où l’on écrit autant en cyrillique qu’en latin, où l’on parle serbe (pardon monténégrin…!), et où l’on paie en euros. C’est aussi une destination avec un énorme potentiel touristique, des côtes de l’Adriatique (dans le prolongement de la côte croate) aux montagnes de Biogradska Gora, Durmitor et Lovćen — sans oublier la baie de Kotor, le seul fjord dans la Méditerranée.

Aujourd’hui (en 2017), et malgré la disparition du bien pratique train de nuit direct Paris – Munich, il y a pléthore d’itinéraires pour aller de France à Podgorica (ou Подгорица pour ceux qui préfèrent le cyrillique), la capitale monténégrine, en train. Nous détaillons celui qui nous semble le plus pratique :

  1. Paris ➔ Munich en partant en fin de journée
  2. Munich ➔ Budapest en train de nuit
  3. Budapest ➔ Belgrade en train de jour
  4. Belgrade ➔ Podgorica en train de jour (oui, on pourrait enchaîner directement le train de nuit… mais on ne recommande pas… voir plus bas…!)

Ceci signifie que, en partant dans l’après-midi de France, on arrive en début de soirée à Podgorica le surlendemain, soit un trajet d’un peu plus de 48h.

Voir cette carte ferroviaire en plein écran

(La carte montre aussi quelques alternatives (dont certaines avec des trajets en bus le long de la côte croate), voir plus bas sur cette page.)

Paris ➔ Belgrade

Aucune chance de se tromper : la seule liaison ferroviaire internationale pour entrer au Monténégro est via la Serbie. Pour arriver à Podgorica, il faut donc passer par Belgrade.

Voir l’article dédié : Paris ➔ Belgrade en train.

Nuit à Belgrade

Techniquement, en arrivant à Belgrade le soir du deuxième jour à 20h, on peut enchaîner directement avec le train de nuit Belgrade Podgorica (départ 21h10). Le Budapest Belgrade étant relativement à l’heure, c’est une option qui n’est pas irréaliste.

MAIS… la ligne de Belgrade à Podgorica étant considérée comme l’une des plus belles d’Europe (un titre peut-être un peu exagéré mais enfin), ce serait tout de même dommage de la faire en train de nuit…! Nous conseillons donc une escale d’une nuit à Belgrade, avant de repartir pour le Monténégro… mais les plus pressés choisiront.

Train Belgrade ➔ Podgorica

Ce train est probablement parmi les plus lents d’Europe : pour 200km (à vol d’oiseau), il met… près de 12h. Autant il roulera à près de 100km/h les premiers kilomètres, autant dès que le relief s’élève, il ne dépassera plus les 30km/h.

Le prix du train ne varie jamais et, à part peut-être dans les périodes les plus demandées, il n’est jamais plein. Billets de seconde classe uniquement. Les compartiments (tous à 6) sont particulièrement larges. Attention, deux types de wagons : de vieux wagons (souvent tagués à l’extérieur) avec toilettes donnant sur la voie et pas d’électricité. Et des nouveaux wagons avec toilettes chimiques, et une prise électrique par compartiment. Avantage des vieux wagons cependant : on peut ouvrir les fenêtres et s’y pencher pour admirer le paysage… ou l’avant du train. Pensez-y en montant dans le train.

Amusement géographique datant de l’époque yougoslave : le train passe en Bosnie pendant une bonne demi-heure, sans pour autant s’y arrêter (pas de contrôle des autorités bosniennes, donc, et inutile d’être en règle pour entrer en Bosnie).

Wagon-restaurant avec plats cuisinés à la demande. Attention, il ne sert (grosso modo) qu’aux horaires des repas.

Le train est théoriquement non-fumeur, mais on voit parfois des gens fumer entre les wagons, voire même à la voiture-restaurant.

Le passage de frontière se fait sans arrêt prolongé : la police des frontières vous contrôle directement dans votre compartiment pendant que le train roule.

Ce train est célèbre pour les très beaux paysages qu’il traverse, notamment dans l’incursion en Bosnie, et à la frontière entre Serbie et Monténégro. Gorges, montagnes, vallées, viaducs, et des dizaines et des dizaines de tunnels, tout y est. Pour cette raison, mieux vaut vraiment faire le trajet de jour plutôt que de nuit.

Ce billet n’est achetable qu’au guichet (et ne peut même pas être acheté sur le site des trains monténégrins).

Prix en 2017 : 2164 dinars (siège) + 376 dinars (réservation) = 2540 dinars soit 20€60 environ.

La fiche technique du train Belgrade ➔ Podgorica

Opéré par : Željeznički prevoz Crne Gore

Prix indicatif : 20,50€

Prix minimal : 20,50€

Train à réservation facultative.

Pas de restauration à la place.

Présence d’une voiture-restaurant avec des plats préparés à la demande.

Présence d’une voiture-bar servant snacks et boissons.

Pas de distributeur automatique de boissons ou friandises.

Toilettes à l’occidentale.

Pas de table à langer

Ponctualité : Généralement ponctuel.

Prises électriques (une prise par compartiment, dans les nouveaux wagons seulement).

Pas d’eau potable dans ce train.

Pas de tri sélectif dans ce train.

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train cette année (2017) ; ces informations sont donc très probablement tout à fait à jour (même s’il convient de toujours revérifier les horaires avant de s’embarquer pour un voyage en train !).

431
Horaires
Belgrade 9h10
Podgorica 20h09

Nous avons revérifié ces horaires pour la dernière fois le 03/06/2017, mais ils sont susceptibles de varier d’un jour à l’autre (et il convient toujours de revérifier les horaires avant de s’embarquer pour un voyage en train !).

  • Couloir d’un wagon de seconde classe non rénové dans le train Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Couloir du train Belgrade Podgorica

  • Couloir d’un wagon de seconde classe rénové dans le train Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Couloir du train Belgrade Podgorica

  • Compartiment 6 sièges d’un wagon non rénové dans le train Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Compartiment d’un wagon non rénové

  • Compartiment 6 sièges d’un wagon rénové dans le train Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Compartiment d’un wagon rénové

  • Vue extérieure du wagon restaurant du train Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Wagon restaurant

  • Vue intérieure de la voiture restaurant du train Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Intérieur du wagon restaurant

  • Toilettes non rénovées à bord du train de Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Toilettes non rénovées

  • Toilettes non rénovées à bord du train de Belgrade (Serbie) à Podgorica (Monténégro)

    Toilettes rénovées

  • Panneau IC 430 dans le train de Bar (Monténégro) à Belgrade (Serbie)

    Panneau IC 430 Bar Beograd

  • Gare de Lajkovac (Лајковац) en Serbie

    Gare de Lajkovac (Лајковац)

  • Vue du train Belgrade Podgorica à la frontière entre la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine et la Serbie (le train passe en Bosnie avant de revenir en Serbie)

    Vue du train Belgrade Podgorica

  • Vue du train Belgrade Podgorica peu après la frontière entre la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine et la Serbie (le train passe en Bosnie avant de revenir en Serbie), côté serbe

    Paysage vu du train Belgrade Podgorica

  • Passage du train Belgrade Podgorica par la gare de Рача (Rača), Serbie

    Passage du train Belgrade Podgorica à Rača

Alternatives de Paris à Podgorica

Paris Podgorica via Budapest

En gardant l’itinéraire principal (via Budapest et Belgrade), il existe de nombreux itinéraires ferroviaires entre Paris et Budapest. Voir la page Paris Budapest en train pour des connexions.

Paris Podgorica via Zagreb

Une alternative intéressante est de passer par Zagreb. Voir Paris Zagreb en train.

Ensuite, de la capitale croate, deux choix s’offrent à nous :

  1. Rejoindre Belgrade en train, puis suivre l’itinéraire principal décrit sur cette page
  2. Ou bien : après Zagreb, prendre le train direct pour Split ; de là, il faut prendre un (long) bus le long de la superbe côte croate (compter 4h), jusqu’à Dubrovnik, puis de nouveau un second bus jusqu’à Kotor au Monténégro (compter 2h). Enfin, un dernier bus nous emmène à Podgorica (2h environ). Des bus plus directs existent aussi (mais ne sont pas plus rapides). Attention, la route entre Split et Dubrovnik passe sur quelques kilomètres en Bosnie (Neum) ; il n’y a aucun moyen de l’éviter (puisque Dubrovnik est située sur une exclave du territoire croate), et il faut être en règle vis-à-vis des autorités bosniennes (4 contrôles sont fait en quelques kilomètres : sortie de Croatie, entrée en Bosnie, sortie de Bosnie, entrée en Croatie).

Et après Podgorica…?

On ne va pas se le cacher : Podgorica est probablement la ville la plus inintéressante du Monténégro, et l’une des capitales les moins intéressantes du monde : aucun spot touristique remarquable, pas de charme particulier, et la ville n’a même pas le charme vintage de certaines villes soviétiques balafrées par leurs barres de béton. Non, Podgorica est propre, quadrillée, banale. Bref, on ne s’y éternise pas. Mais le Monténégro regorge d’autres destinations à fort potentiel touristique : Bar (et la vieille ville de Stari Bar), le lac de Skadar ou encore Nikšić sont accessibles en train (lents lents lents, les trains !), tandis que Kotor, Perast, Sveti Stefan, Budva ou encore Cetinje sont accessibles en bus (lents, les bus !).

Pratique

Prix du voyage en train de Paris au Montenegro

En achetant les billets à l’avance, voici les tarifs que nous avons obtenus (en 2017) : Paris Munich à 49€ en première classe (la seconde classe étant à peine moins chère voire même plus chère s’il s’agit d’un TGV, voir ci-dessus), Munich Budapest à 29€ (en siège), Budapest Belgrade à 16,50€, et enfin Belgrade Podgorica à 20,50€. Soit un total de 115€ environ (rajouter au moins 10€ pour une couchette dans le Munich Budapest). Au dernier moment, le Paris Munich coûtera beaucoup, beaucoup plus cher ; en revanche, les deux autres billets coûteront probablement un prix similaire.

En achetant dès l’ouverture des ventes (généralement 90 jours avant le départ du train), la 1e classe sur le Paris Munich (Deutsche Bahn) est presque au prix de la seconde. Explications : en achetant un billet de seconde classe, on doit payer des suppléments (notamment la réservation), mais pas en première. Au final, le prix est quasiment le même pour les tarifs les moins chers.

Une remarque, un témoignage, une correction ?

Vous avez une remarque, un témoignage, une suggestion, un bon plan secret, un horaire erroné, un nouvel itinéraire, une photo à nous envoyer…? Contactez-nous, nous répondrons avec grand plaisir et avec la rapidité du TGV (eh oui, nous on dira toujours TGV, et jamais inOui !), et actualiserons le site !

Crédit

La photo en haut de cet itinéraire ferroviaire est Podgorica, Montenegro par Martin Arusalu (Creative Commons Zero).

Et après Podgorica…?

Bosphore express

Istanbul en train

L’Europe et l’Asie réunies par un tunnel ferroviaire.

Marshrutkas, khinkali, cathédrales

Tbilissi en train

Une traversée de l’Europe et du Caucase vers Tbilisi, la capitale géorgienne.

Pudong, bund, gratte-ciels

Shanghai en train

Un long mais fascinant périple ferroviaire de l’Europe de l’ouest à la Chine, en suivant soit le Transsibérien, soit la route de la soie via l’Asie centrale. À faire une fois dans sa vie.

Interrail…?

Faut-il utiliser les pass InterRail ?

Avantages et (surtout) inconvénients

Depuis 2007, seuls deux types de pass existent : les pass Interrail pour un seul pays (One Country-Pass) ou le pass Interrail pour tous les pays d’Europe participants (Global Pass). Clairement, les pass par pays n’ont aucun intérêt sur un itinéraire où l’on traverse plusieurs pays d’Europe en train. Quant au global pass, il peut être à la rigueur intéressant si 1) vous avez moins de 28 ans et 2) vous achetez vos billets au dernier moment. En effet, le prix du pass Interrail est déjà assez élevé pour les moins de 28 ans (206€ minimum en 2017 pour seulement 5 jours, et jusqu’à 493€ pour un mois, auxquels il faut ajouter le premier train sortant de France, sans compter les frais de réservation pour chaque train, parfois plusieurs dizaines d’euros pour les trains de nuit) ; donc ce prix est difficilement compensé. Si vous avez 28 ans ou plus, il vous en coûtera de 267€ à 632€… Là, passez clairement votre chemin. Les seniors ont droit à des tarifs un chouïa moins exorbitants (240€ à 570€ en 2017).

Si les pass InterRail vous intéressent néanmoins, vous pouvez visiter Wikipédia : InterRail ou interrail.eu.