Comment aller de Paris à Pékin et Shanghai en train
Aller au contenu

Paris – Pékin en train / Paris – Shanghai en train

Un long mais superbe périple ferroviaire à travers l’Eurasie

Shanghai, Chine (Photo: Li Yang)

Nous détaillons ici trois itinéraires pour aller en Chine en train depuis la France.

1) Paris – Pékin – Shanghai via Moscou et le Transsibérien
Le plus classique, le plus simple, mais aussi le plus touristique
2) Paris – Shanghai (ou Pékin) via Istanbul, l’Iran, et l’Asie Centrale en suivant la route de la soie
Le plus long, donc le plus cher, le plus compliqué (quoique modérément), mais aussi le plus beau et le plus fascinant
3) Paris – Shanghai (ou Pékin) via Almaty
Le plus direct, mais probablement pas le plus intéressant

L’itinéraire idéal dépend de vos envies et de votre temps. Dans tous les cas, il vous faudra plusieurs visas (au minimum le visa chinois !), et le trajet sera bien plus cher que l’avion (un aller simple pour la Chine coûte à partir de 400€, soit autant que le train pour aller jusqu’à Moscou ou Istanbul seulement…). Mais quel voyage, et quels souvenirs…!

Voir cette carte ferroviaire en plein écran

Itinéraire 1 : Paris – Pékin – Shanghai par le Transsibérien

L’itinéraire le plus simple et le plus connu consiste à emprunter le mythique Transsibérien qui relie Moscou (Russie) à Pékin (Chine) via Oulan-Bator (Mongolie). Le plus simple ne veut pas dire simplissime pour autant. Il vous faudra plusieurs visas (Russie, Mongolie, Chine), et le trajet est tout sauf bon marché. En outre, l’été, le Transsibérien est parfois plein, et mieux vaut acheter son billet en avance, voire très en avance.

À strictement parler, ce n’est pas le Transsibérien qu’il faut emprunter (car il va jusqu’à Vladivostok, dans l’extrême-orient russe) mais le Transmongolien, qui relie Moscou à Oulan-Bator puis Pékin ; le Transmandchourien va aussi à Pékin mais via la Manchourie (Harbin), donc plus long.

En décembre 2014, le Paris – Berlin (train CityNightLine 451, également nommé Perseus) a rejoint la longue liste des trains disparus ; il faut désormais passer par Cologne, puis prendre le Cologne – Varsovie qui, lui existe encore (mais pour combien de temps ?!).

Le trajet type le plus rapide est le suivant :

  • Paris – Varsovie avec une escale à Cologne (départ de Paris dimanche 17h55, arrivée à Varsovie lundi à 12h09)
  • Varsovie – Moscou via le train D 10 (départ 16h04 lundi, arrivée 11h45 mardi)
  • Moscou – Pékin via le Transmongolien n°43 mardi à 21h35, arrivée à Pékin le lundi suivant à 14h04

Bien sûr, aller aussi rapidement (8 jours) est éventuellement envisageable quand on a une phobie de l’avion et que l’on est pressé, mais l’intérêt d’un tel voyage est bien sûr de prendre son temps ; il est possible de visiter Varsovie, Moscou et, bien sûr, de descendre à chaque escale du Transmongolien.

Notez que les trains Paris – Cologne – Varsovie – Moscou circulent tous les jours, alors que le Transmongolien ne circule qu’une fois par semaine. Néanmoins, il est possible (et conseillé !) de faire des escales sur le Transmongolien sans attendre le train suivant la semaine d’après, puisque le Transsibérien et le Transmandchourien circulent sur la même ligne (jusqu’à l’embranchement de Ulan-Ude vers la Mongolie, tout du moins).

Itinéraire 2 : Paris – Shanghai (ou Pékin) via Istanbul et la route de la Soie

Notre itinéraire coup de cœur ! Un itinéraire plus long (au strict minimum deux semaines, et plutôt quatre pour bien profiter), plus compliqué (une quinzaine de pays traversés, et pas mal de visas, dont les visas iranien et turkmène pas toujours évidents à obtenir) mais aux paysages superbes, aux rencontres inoubliables, et à la variété des cultures sans égal. Et puis toute la traversée de l’Asie Centrale se fait en suivant la mythique route de la soie.

En résumé, l’itinéraire est le suivant :

  • Paris – Istanbul en prenant plusieurs trains
  • Istanbul – Téhéran (تهران) en traversant l’Anatolie et le lac de Van (en train !)
  • Téhéran (تهران) – Mashhad (مشهد)
  • Mashhad (مشهد) – Qūchān (قوچان‎) – Aşgabat en bus et taxi
  • Aşgabat – Türkmenabat (anciennement Charjou)
  • Türkmenabat – Boukhara (Buxoro) en taxi et marchroutka
  • Boukhara (Buxoro) – Tachkent (Toshkent)
  • Tachkent (Toshkent) – Almaty (Алматы, anciennement Alma-Ata)
  • Almaty (Алматы) – Ürümqi (ئۈرۈمچى / 乌鲁木齐)
  • Ürümqi – Pékin (北京) ou Shanghai (上海) au choix

Aucun train (et même aucun transport en commun) ne franchissant les frontières du Turkémnistan, quelques dizaines de kilomètres sont à effectuer en bus puis taxi à la frontière entre l’Iran et le Turkémnistan ; puis, à la sortie du Turkémnistan, rebelote avec un coup de taxi et de marchroutka pour arriver à la première ville ferroviaire (Boukhara) en Ouzbékistan.

Nous détaillons maintenant chaque tronçon ci-dessous.

Paris – Istanbul

Voir l’article dédié : Paris – Istanbul en train.

Attention : Interruption du train Istanbul Téhéran

Le train Istanbul Téhéran est interrompu depuis 2015 en raison de troubles en Anatolie. Il ne semble pas y avoir de date prévue pour une réouverture.

Deux solutions :

  • Prendre à peu près l’itinéraire du Istanbul Téhéran, mais en changeant plusieurs fois de trains : en gros, il faut prendre un train jusqu’a Tatvan au niveau du lac de Van. Puis traverser le lac de Van en ferry, ou le contourner en bus pour arriver à Van. Enfin, prendre un train ou un bus de Van (en Turquie) à Tabriz (en Iran). De là, il est facile de rejoindre Téhéran. Nous n’avons pas testé ce trajet, et sommes preneurs de tous retours d’expérience…! (Contactez-nous)
  • Plus compliqué (mais mieux documenté) : passer par l’Arménie… ce qui implique d’abord de passer en Géorgie (voir Paris Tbilissi en train), puis passer en Arménie en bus, traverser l’Arménie en train, et enfin rejoindre Tabriz (en Iran) en bus.

Train Ankara ➔ Téhéran (« Trans Asya Ekspresi »)

Ce train mythique, qui traverse en trois jours les montagnes de l’Anatolie et les plaines de l’Iran, offre parmi les plus beaux paysages du monde, en zigzaguant au milieu de montagnes enneigées et de déserts arides.

Il s’agit en fait de deux trains et d’un bateau : le premier train, géré par la TCDD turque, conduit au Lac de Van en Turquie orientale. Là, on quitte le train et l’on monte sur un ferry suivi… du wagon transportant les bagages (qui monte donc sur le bateau, oui oui). De l’autre côté du lac, le train iranien vous attend (ou plutôt vous l’attendrez !) et prend le relais jusqu’à Téhéran.

Les deux trains sont confortables, avec même des tapis (persans !) côté iranien ; en revanche, côté iranien, république islamique oblige, les compartiments sont non mixtes.

Restaurant bon marché et de bonne qualité dans les deux trains ; à moins d’être vraiment très à cheval sur les dépenses, il n’est donc en principe pas nécessaire de trop se charger en provisions.

Le personnel iranien est en général assez désagréable ; il est en revanche conseillé de ne pas trop l’être avec eux !

Attention : le train circule une fois par semaine seulement (départ mercredi matin de Ankara, arrivée vendredi soir à Téhéran).

Attention : ce train est interrompu depuis 2015, et jusqu’à nouvel ordre.

La fiche technique du train Ankara ➔ Téhéran

Opéré par : TCDD

Prix indicatif : 45€

Train à réservation obligatoire.

Présence d’une voiture-restaurant avec des plats préparés à la demande.

Pas de distributeur automatique de boissons ou friandises.

Toilettes à la turque.

Pas de douches.

Ponctualité : Ponctualité complètement aléatoire (8h, voire 12h de retard à l’arrivée est envisageable !).

Pas de prises électriques.

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2008. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

Trans-Asia
Horaires
Ankara 10h25
Téhéran 20h20 (J+2)
  • Panneau du train Trans Asya Ekspresi (Istanbul - Téhéran)

    Trans Asya Ekspresi

  • Train Istanbul – Téhéran en Anatolie (photo prise depuis la fenêtre du train lui-même)

    Train Istanbul – Téhéran en Anatolie

  • Halte du train Istanbul – Téhéran au Kurdistan turc

    Train Istanbul – Téhéran au Kurdistan

  • Train Istanbul – Téhéran devant le ferry du lac de Van (Turquie) ; le wagon s’apprête à monter sur le bateau

    Traversée du lac de Van en ferry

  • Train Istanbul – Tatvan – Téhéran en Iran

    Train Istanbul – Téhéran en Iran

  • Panneau Marbine Co. Istanbul – Tehran côté Iran

    Panneau Istanbul – Téhéran côté Iran

Train Téhéran ➔ Mashhad

Train confortable et relativement rapide. En première classe (quatre couchettes par compartiment), dîner à la place inclus dans le prix. Le train n’est pas non-fumeur. En principe plusieurs trains par jour (deux de nuit, un de jour). Horaires ci-dessous donnés à titre très indicatif.

La fiche technique du train Téhéran ➔ Mashhad

Prix indicatif : 10€ environ

Train à réservation obligatoire.

Restauration à la place.

Pas de voiture-restaurant.

Pas de distributeur automatique de boissons ou friandises.

Toilettes à la turque.

Pas de douches.

Ponctualité : Ponctualité aléatoire (arrive parfois… une heure en avance).

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2008. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

Horaires
Téhéran 17h40
Mashhad 5h40

Franchissement de la frontière Iran – Turkménistan

De Mashhad (Iran), le plus simple est de prendre un bus pour Qūchān (prix très faible, 2h30 de trajet). De Qūchān, emprunter un taxi (éventuellement partagé) pour le point-frontière de Bajgiran, où il vaut mieux passer la nuit en raison du décalage horaire entre les deux pays. Le prix du taxi doit être négocié d’arrache-pied. De Bajgiran, passer la frontière à l’ouverture (7h30 heure iranienne), puis prendre un taxi (prix imposé) vers la capitale turkmène Aşgabat. L’ensemble du trajet Bajgiran – Aşgabat prend 2 à 3 heures, formalités à la frontière incluses.

Attention : Une courte journée

En raison du décalage horaire entre l’Iran et le Turkménistan, il convient de passer la frontière au plus tôt, car la journée a déjà bien avancé de l’autre côté !

Train Aşgabat ➔ Türkmenabat

Oubliez les antiques coucous soviétiques : les trains turkmènes sont flambant neufs (vraisemblablement made in Taïwan), confortables et même très propres. Quatre couchettes par compartiment. Vous serez en revanche réveillé très tôt par les haut-parleurs qui cracheront de la musique et du blabla en turkmène. Horaires ci-dessous donnés à titre très indicatif.

La fiche technique du train Aşgabat ➔ Türkmenabat

Prix indicatif : Très bon marché (moins de 5€)

Train à réservation obligatoire.

Toilettes à la turque.

Pas de douches.

Ponctualité : Plutôt ponctuel.

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2008. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

Horaires
Aşgabat 22h
Türkmenabat 12h
  • Train Aşgabat – Türkmenabat en gare de Türkmenabat

    Train Achgabat – Türkmenabat

Franchissement de la frontière Turkménistan – Ouzbékistan

De Türkmenabat, prendre un taxi partagé pour la frontière (prix dérisoire). L’autre côté de la frontière (Ouzbékistan), les choses se corsent car la frontière est au milieu de nulle part, et les taxis sont donc en position de force. Négociez très très fermement. Le plus simple est d’aller à Qarakul en taxi puis, de là, de prendre une marchroutka (prix fixe et très faible) pour Boukhara. L’ensemble du trajet Türkmenabat – Boukhara prend 3 à 6 heures, formalités à la frontière incluses.

Attention

Au niveau de la frontière elle-même, il faut marcher près de deux kilomètres entre le point frontière turkmène et son homologue ouzbek. En été (où la température peut monter jusqu’à 50°), cela peut être difficile. En hiver en revanche, il ne fait en général jamais extrêmement froid.

Train Boukhara ➔ Tachkent

Train relativement confortable, mise à part la télé ouzbek qui hurle à plein tube. Quand nous l’avons emprunté, il n’y avait pas d’électricité (donc pas de lumière en hiver) les premières heures du trajet.

Sachez que l’Ouzbékistan fait son entrée dans le monde de la grande vitesse, avec un TGV qui relie désormais Samarcande à Tachkent. Nous ne l’avons en revanche pas encore testé.

La fiche technique du train Boukhara ➔ Tachkent

Prix indicatif : 20€ environ

Pas de distributeur automatique de boissons ou friandises.

Toilettes à la turque.

Ponctualité : Ponctualité aléatoire.

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2008. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

n°9
Horaires
Boukhara 8h40
Tachkent 15h30

Bon plan : l’escale à Samarcande

Plutôt que de faire escale à Tachkent qui a un intérêt très modéré (ou en plus de l’escale à Tachkent si vous tenez à tout voir), il est recommandé de faire escale à la mythique Samarcande (Samarqand), sur la route de la soie. Le Boukhara – Tachkent s’y arrête, et vous pourrez directement prendre le (long) train de nuit (en provenance de Noukous) pour Almaty depuis Samarcande.

Train Tachkent ➔ Almaty

26h pour 600km ? C’est possible avec ce vieux coucou soviétique bleu avec ses chaudières au charbon dans chaque wagon. Quatre couchettes par compartiment. Toilettes (à l’occidentale) passablement horribles. Ce train n’est pas connu pour sa sécurité : vols, personnel de bord corrompu et qui tenteront de vous vendre les formulaires de douane pourtant sabrés d’un « gratuit » en 4 langues, faux policiers en « civil » (ne jamais leur donner ni votre passeport ni votre argent ni leur montrer vos affaires – les vrais policiers sont en uniforme et vous crieront de leur montrer votre passeport, ce sera tout), changeurs d’argent douteux, etc.

Attention : ce train ne roule qu’une fois par semaine (départ mercredi, arrivée jeudi). Le train a pour origine Noukous et passe par Samarcande avant de s’arrêter à Tachkent.

La fiche technique du train Tachkent ➔ Almaty

Prix indicatif : Dans les 30€

Toilettes à l’occidentale.

Toilettes à la turque.

Pas de douches.

Ponctualité : Ponctualité aléatoire.

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2008. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

322
Horaires
Tachkent 13h27
Almaty 15h20 (J+1)

Escale à Almaty

Les horaires des deux trains hebdomadaires (arrivée jeudi matin de Tachkent, départ samedi 1h pour Ürümqi) vous forcent à une escale de deux jours et une nuit à Almaty. La ville n’est pas franchement passionnante, mais vous y apprécierez le retour du confort occidental (supermarchés, carte de crédit et distributeurs, hôtels confortables).

Attention : arnaques au guichet de la gare d’Almaty

Au moment d’acheter à la gare d’Almaty votre billet de train pour Ürümqi, demandez à voir le billet imprimé avant de le payer ; il est en effet classique que les employés du guichet majorent allègrement son prix, et donc que le prix qui vous a été communiqué soit supérieur à celui imprimé sur le billet. Une fois que vous avez donné votre argent, n’espérez plus le récupérer.

Train Almaty ➔ Ürümqi

Antique coucou kazakh avec ses vieilles chaudières au charbon. Quatre couchettes par compartiment.

Personnel de bord corrompu dont il convient de se méfier fortement.

Le tracé de la ligne fait un détour significatif, via le nœud ferroviaire kazakh de Aktogaï. Ensuite, au niveau de la frontière kazakh (du côté du Col d’Alataw), les essieux de tout le train sont changés, pour s’adapter à l’écartement chinois, différent de l’écartement kazakh ! Pendant ce temps, les voyageurs sont débarqués dans une pièce attenante à la gare. Profitez des toilettes, car vous n’en aurez plus l’occasion après (voir ci-dessous).

Le train repart pour quelques kilomètres et s’immobilise à la frontière chinoise. L’escale dure environ 9 heures, au cours desquelles les toilettes sont intégralement verrouillées (et il est impossible de sortir du train, bien sûr). Mieux vaut donc avoir pris ses précautions avant. Vos bagages seront intégralement fouillés, éventuellement plusieurs fois. Ne pas oublier que le Lonely Planet Chine est interdit en Chine (car ledit guide de voyage représente Taïwan comme un pays tiers). Murs, plafonds et planchers sont partiellement désossés par les policiers chinois, à la recherche de marchandises (ou immigrants ?) prohibé(e)s.

Ce train ne roule que samedi matin à 1h (quasiment vendredi soir) et lundi matin 1h (donc dimanche soir très tard).

La fiche technique du train Almaty ➔ Ürümqi

Prix indicatif : 40 à 50€

Pas de restauration à la place.

Pas de distributeur automatique de boissons ou friandises.

Toilettes à l’occidentale.

Toilettes à la turque.

Pas de douches.

Ponctualité : Ponctualité variable (2 à 3h de retard à l’arrivée sont classiques).

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2008. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

D14
Horaires
Almaty 1h07
Ürümqi 9h50 (J+1)
  • Train Almaty – Ürümqi au Kazakhstan

    Train Almaty – Ürümqi

Escale à Ürümqi

Ürümqi a des trains fréquents et directs pour la plupart des grandes villes de Chine (Pékin, Shanghai, Canton, Xi’An, etc.). Potentiellement, vous pouvez quitter Ürümqi immédiatement après y être arrivé… à condition de trouver un billet. S’il n’y a plus de couchettes pour votre destination (et, effectivement, les couchettes du train Ürümqi – Shanghai sont entièrement réservées plusieurs jours voire semaines à l’avance), vous devrez subir 44h en sièges durs (en réalité pas durs à strictement parler, et même plutôt confortables mais, vu la durée du trajet, les conditions restent elles dures !). L’escale à Xi’An (voir plus bas) peut en ce cas s’avérer salvatrice… même s’il faut déjà 29h pour y arriver.

Nous détaillons ci-dessous arbitrairement le trajet Ürümqi – Shanghai (les conditions et prix sont similaires pour les autres destinations).

Train Ürümqi ➔ Shanghai

En « couchettes molles » (première classe), quatre couchettes par compartiment, chaussons gratuits, et porte verrouillable. Dîner à la place.

En « sièges durs » (siège de troisième classe), les sièges ne sont pas durs (pas de banquette en bois, mais des confortables canapés), mais peu d’espace, et l’agitation et la lumière ne s’éteindront jamais. Des vendeurs ambulants passent toutes les dix minutes.

Wagon-restaurant bon et pas cher.

La fiche technique du train Ürümqi ➔ Shanghai

Prix indicatif : 385元50 (siège dur, 50€) / 671元50 (couchette dure, 85€) / 1075元50 (couchette molle, 135€)

Restauration à la place.

Présence d’une voiture-restaurant avec des plats préparés à la demande.

Toilettes à l’occidentale.

Toilettes à la turque.

Ponctualité : Excellente ponctualité, notamment au vu de la longueur du trajet.

Eau chaude (bouillante) disponible gratuitement dans le train ; pratique pour se faire un thé.

Ce train ne bénéficie d’aucune connexion Wi-Fi.

Nous avons emprunté ce train pour la dernière fois en 2009. Les horaires ont été depuis actualisés en fonction des informations dont nous disposons (même s’il convient de les revérifier !). En revanche, le confort a peut-être évolué depuis notre dernier passage.

T54
Horaires
Ürümqi 17h50
Shanghai 14h31 (J+2)
  • Cabine du train Ürümqi – Shanghai en couchette molle (première classe)

    Train Ürümqi – Shanghai (couchette molle)

Bon plan : l’escale à Xi’An

Plutôt que de traverser la Chine d’est en ouest sans s’arrêter, autant faire escale à Xi’An (par laquelle tous les trains passent), et en profiter pour visiter la ville, notamment l’armée de terre cuite classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Itinéraire 3 : Paris – Shanghai (ou Pékin) via Astana

Attention

Le train direct Berlin – Astana (et nommé Sibirjak ou Сибирякa) est supprimé depuis le 14 décembre 2013. Il permettait de relier Paris au Kazakhstan puis la Chine en un minimum de changements (Paris – Berlin – Astana – Almaty – Ürümqi – Shanghai ou Pékin).

Avec la suppression du train direct Berlin – Astana en décembre 2013, puis du train de nuit Paris – Berlin en décembre 2014, le trajet via Astana perd encore un peu plus de son intérêt. Néanmoins, pour ceux qui souhaiteraient visiter le pays, passer par le Kazakhstan reste une option possible à condition de transiter par Moscou d’abord (et de ne pas s’arrêter à Berlin mais à Varsovie), ce qui donne alors :

  • Paris – Varsovie avec une escale à Cologne (départ de Paris J1 à 17h55, arrivée à Varsovie J2 à 12h09)
  • Varsovie – Moscou via le train D 10 (départ 16h04 J2, arrivée 11h45 le lendemain J3)
  • Moscou – Iekaterinbourg via le train D 2MJ (départ 13h50 J3, arrivée le lendemain 15h11 J4)
  • Iekaterinbourg – Astana via le train 306SZ (départ 17h54 J4, arrivée 18h52 le lendemain J5)

Le trajet de Paris à Astana dure presque 4 jours : en partant vendredi soir (J1) de Paris, vous devriez donc être à Astana mardi soir (J5).

La suite du voyage se fait via deux trains supplémentaires Astana – Ürümqi – Shanghai (ou Pékin), en suivant la fin de l’itinéraire de la route de la soie (ci-dessus).

Pratique

Prix du voyage en train de Paris à Pékin/Shanghai

Il est extrêmement difficile d’évaluer le coût, puisqu’il dépend de votre itinéraire, de la durée de vos escales, de la classe de transport, etc. Le voyage devrait vous coûter au strict minimum 800€ en seuls billets, à condition de réserver longtemps à l’avance (3 mois, en principe) les tronçons en France, Allemagne et Autriche (les plus chers). Il faut rajouter à cela l’hébergement (à moins d’utiliser Couchsurfing ou BeWelcome), les visas et la nourriture. Donc un prix minimum total de 1500€ semble une estimation raisonnable.

Partir de province

Quelques suggestions pour partir des grandes villes de France :

  • De Bretagne et de l’ouest de la France (Brest, Quimper, Vannes, Rennes, Nantes, etc.) : prendre le TGV jusqu’à Paris puis suivre l’itinéraire décrit sur cette page
  • De Lyon : prendre le TGV jusqu’à Strasbourg et récupérer le Paris – Mannheim de l’itinéraire Paris – Istanbul en train
  • Du sud-ouest (Bordeaux, Toulouse, etc.) : prendre le TGV jusqu’à Paris puis suivre l’itinéraire décrit sur cette page
  • Du sud (Montpellier, Marseille, Nice, etc.) : soit prendre le TGV jusqu’à Paris puis suivre l’itinéraire décrit sur cette page, soit prendre le TGV direct Marseille – Mannheim, soit prendre un Marseille – Strasbourg (via Lyon) et récupérer l’itinéraire vers Münich

Et après…?

Suggestions d’itinéraires après être arrivé en Chine en train :

Une remarque, un témoignage, une correction ?

Vous avez une remarque, un témoignage, une suggestion, un bon plan secret, un horaire erroné, un nouvel itinéraire, une photo à nous envoyer…? Contactez-nous, nous répondrons avec grand plaisir et avec la rapidité du TGV (eh oui, nous on dira toujours TGV, et jamais inOui !), et actualiserons le site !

Crédit

La photo en haut de cet itinéraire ferroviaire est Wai Tan, Shanghai, China par Li Yang (Creative Commons Zero).

Et après la Chine…?

Shinkansen, métro, Yamanote

Tokyo en train

Un très long voyage en train via l’Eurasie, conclu par un ferry… et bien sûr un Shinkansen.

Interrail…?

Faut-il utiliser les pass InterRail ?

Avantages et (surtout) inconvénients

Depuis 2007, seuls deux types de pass existent : les pass Interrail pour un seul pays (One Country-Pass) ou le pass Interrail pour tous les pays d’Europe participants (Global Pass). Clairement, les pass par pays n’ont aucun intérêt sur un itinéraire où l’on traverse plusieurs pays d’Europe en train. Quant au global pass, il peut être à la rigueur intéressant si 1) vous avez moins de 28 ans et 2) vous achetez vos billets au dernier moment. En effet, le prix du pass Interrail est déjà assez élevé pour les moins de 28 ans (206€ minimum en 2017 pour seulement 5 jours, et jusqu’à 493€ pour un mois, auxquels il faut ajouter le premier train sortant de France, sans compter les frais de réservation pour chaque train, parfois plusieurs dizaines d’euros pour les trains de nuit) ; donc ce prix est difficilement compensé. Si vous avez 28 ans ou plus, il vous en coûtera de 267€ à 632€… Là, passez clairement votre chemin. Les seniors ont droit à des tarifs un chouïa moins exorbitants (240€ à 570€ en 2017).

Si les pass InterRail vous intéressent néanmoins, vous pouvez visiter Wikipédia : InterRail ou interrail.eu.